Septime Le Pippre

Promenade théâtralisée du 17 mai 2014

Votre humble serviteur a filmé l'intégralité des scénes avec son petit camescope d'amateur. Les images sont parfois saccadées, mais ce n'est pas facile de filmer en marchant, surtout dans des champs... Merci pour votre indulgence.

 

Leur mérite est de retranscrire fidèlement ce qui s'est passé durant cette soirée, et de montrer les excellentes prestations et la bonne humeur des camarades de VMP.

 

Cliquez sur l'image correspondant à la vidéo que vous désirez voir. Elles sont classées dans l'ordre de la promenade. N'hésitez pas à venir effectuer à nouveau le parcours jalonné des pupitres explicatifs. Le départ se situe devant la mairie.

Ici, vouis trouverez d'autres photos prises par Pascal Audegond.

 

Cliquez sur l'image ci-contre pour accéder à l'Album.

Ouest-France du vendredi 18 Juillet 2014
Ouest-France du vendredi 18 Juillet 2014
Ouest-France du 6 Mai 2014
Ouest-France du 6 Mai 2014

 

Septime LE PIPPRE  

Peintre, caricaturiste, dessinateur, illustrateur et héros de la guerre de 1870.

 

Septime naît à Montfort-L’Amaury en 1833.

Ne pouvant suivre les traces de son père (garde du corps de Louis XVIII) à cause de sa faible constitution, il se tourne vers une carrière artistique.

Il étudie la peinture. On lui reconnaît un don pour le dessin. Il excelle dans les sépias, aquarelles, gouaches et lavis.

 

Sa famille vient s’installer à Villiers le Sec. Septime travaille à Paris l’hiver dans des ateliers d’artistes. (l’atelier de l’..)L’été il fait de longs séjours à Villiers et dans ses environs.

 

Il collabore à différents journaux illustrés et expose au salon de Paris de 1859.

Le Pippre est un artiste fécond. Il réalise en une vingtaine d’années plus de 3 000 dessins.

 

Ses thèmes sont souvent guerriers, mais son œuvre s’inspire de scènes de la vie locale.

Fasciné par l’armée, il peint l’épopée napoléonienne et les batailles du Second Empire.(waterloo, tirailleurs)

Son "coup de crayon" pour dessiner les chevaux est remarquable (chasses à courre, scènes militaires…).(chasse à courre, dragon)

En Normandie, il brosse la vie quotidienne des pêcheurs, des paysans, (2 pêcheurs)des gens simples qui vivent autour de lui.

Châteaux, manoirs, prieurés, moulins, petites maisons du Bessin ne lui sont pas indifférents.

 

Mais Le Pippre est surtout un humoriste. Il aime se moquer des autres comme de lui-même. Ne signe-il pas ses premiers dessins du nom de "Tibialong" (en référence à sa grande taille) ? La bourgeoisie et le clergé sont ses thèmes de raillerie préférés.(auto-portrait, le cortège)

Ses petites lettres illustrées sont des délices.(correspondance)

 

"Avec un dessin facile, énergique, truculent, Le Pippre joue à merveille des situations grotesques et use parfois de l’outrance sans jamais tomber dans la méchanceté.

Spirituel, drôle et généreux, Septime laisse alors des feuilles subtiles et fraîches, rendues plus délicates encore grâce à l’utilisation de l’aquarelle." (1)

 

La guerre de 1870 approche. Bien que réformé, il s’engage. D’une grande bravoure, il meurt au combat le 22 janvier 1871.Il est inhumé quelques temps après à Villiers le Sec.

  Malgré la brièveté de sa vie, Septime Le Pippre laissera une œuvre abondante, une photographie du Bessin au XIXe siècle.

 

(1)Eric Lefèvre, extrait du livret :

« Un Normand bien tranquille, Septime Le Pippre dans la tourmente de 1870 » par Louis Le Roc’h Morgère. Direction des archives départementales du Calvados.

Consultable sur le site des archives départementales de Calvados .